A quelle vitesse vole un oiseau ?

A quelle vitesse vole un oiseau ?

A quelle vitesse vole un oiseau?

Il est très difficile de mesurer la vitesse en vol d’un oiseau. La plupart des mesures ont été faites soit avec des appareils d’optique genre théodolite, soit en suivant l’oiseau en voiture, soit en l’observant au radar.

Mais les résultats donnés par ces mesures sont très variables car elles ne tiennent pas compte de la vitesse du vent qui peut accélérer ou au contraire ralentir l’oiseau de façon considérable surtout en altitude.

Nous n’avons vu qu’une seule fois un appareil, au demeurant fortastucieux, qui permettait de mesurer la vitesse d’un oiseau par rapport à l’air. Ll était constitué par une hélice qui tendait plus ou moins un ressort en fonction de la résistance de l’airet qui se bloquait à son élongation maximale. Ce système avait été mis au point pour évaluer la vitesse du Faucon pèlerin en piqué, vitesse que l’on affirme souvent supérieure à 200 km/h. En fait, ces mesures ont montré qu’elle ne dépassait guère 130 km/h.

En vol horizontal, le pèlerin va nettement moins vite, et n’arrive généralement pas à rattraper le Col-vert qui vole au maximum à95 km/h, avec une vitesse de croisière de l’ordre de 75 km/h. La Sarcelle d’hiver est un peu plus rapide, avec des pointes de 120 km/h. Le Martinet, quant à lui, peut voter à 80 ou 90 km/h. Les colibris, qui comptent les oiseaux les plus petits, atteignent 72 km/h. La plupart des passereaux se déplacent à des vitesses de l’ordre de 30 à 40 km/h, et le record de lenteur est battu par les chouettes (15 à25 km/h).

Les grands migrateurs sont capables de maintenir ces vitesses sur des laps de temps considérables. Ainsi, à l’occasion de compétitions, on a vu des pigeons voyageurs maintenir des vitesses de 80 km/h et même 100 km/h sur des distances de l’ordre de 4 à 500 km.  Mais il s’agit là d’oiseaux sélectionnés depuis des générations pour leur rapidité et leur résistance. Chez les espèces sauvages, on a pu prouver, grâce au baguage, que les oiseaux effectuaient des performances assez remarquables. Ainsi, on a repris un Tournepierre (c’est un petit échassier très répandu sur nos côtes) au bout de 25 heures à 825 km de son point de lâcher.

De la même façon, une Pie grièche écorcheur a parcouru 700 km en 20 heures.

A la course, le record de vitesse n’est pas détenu par l’Autruche, qui atteint 45 km/h, mais par son cousin australien, l’Émeu, qui fait des pointes à 64 km/h.

Et, parmi les oiseaux plongeurs, le record de vitesse en nage sous-marine est détenu par les manchots qui atteignent 18 km/h.

Un dernier mot

A la fin, nous espérons que cet article vous a aidé à mieux comprendre le monde des oiseaux et leurs secrets. Pour plus d’articles sur ce volet en particulier, veuillez consulter la page d’accueil

Articles récents