Comment se débarrasser totalement d’espèces nuisibles ?

Comment se débarrasser totalement d’espèces nuisibles ?

Comment se débarrasser totalement d'espèces nuisibles ?

De fâcheuses expériences de suppression d’animaux ou de plantes nuisibles ont incité les hommes à la plus grande prudence en matière d’extermination.

La Mouche de l’Olive détruit certaines années plus de 800 000 tonnes de fruits. D’intenses traitements chimiques ont anéanti complètement les populations de Mouches de certaines régions.

Hélas, les cultivateurs n’ont pas eu longtemps la satisfaction de récolter des fruits sains. Une autre peste, la Cochenille de l’Olive, jusque-là maintenue à un niveau insignifiant par son concurrent direct, s’est multipliée dangereusement, et un nouveau problème s’est posé.

Les Coquelicots et les Bleuets ravissent les yeux des citadins quand ils fleurissent dans un champ de blé, mais les cultivateurs sont beaucoup moins sensibles à cette invasion de « mauvaises herbes » ; systématiquement, ces plantes furent arrachées, il n’y eut plus de taches bleues et rouges dans

« L’or roux des blés mûrs », mais très rapidement proliférèrent des graminées comme la « folle avoine » et la « queue de Renard », impossibles à éliminer et concurrentes directes pour la nourriture de la précieuse céréale.

Pendant longtemps, on a considéré la plupart des Rapaces comme des espèces nuisibles. Voleurs de bassecour, destructeurs de gibier, tous les arguments étaient là pour les éliminer.

Depuis, on s’est aperçu que les prélèvements de ces oiseaux sur le gibier sont minimes en comparaison des services qu’ils rendent en consommant de nombreux rongeurs, leur menu préféré. Le plus souvent, les animaux de chasse auxquels ils s’attaquent sont malades. Ils contribuent donc à maintenir le bon état sanitaire du gibier.

La protection des rapaces est arrivée trop tard pour certaines espèces et leur rareté se fait cruellement sentir.

La pénicilline est extraite d’un champignon, une moisissure. Oui peut dire que l’homme, en détruisant une espèce, ne perd définitivement le bénéfice d’une substance aussi importante ? Les écologistes lancent continuellement des cris d’alarme. C’est parfois très gênant et il y a des sourds volontaires : « On ne peut arrêter le progrès sous prétexte de sauvegarder la Nature à tout prix. ».

Mais cette Nature, c’est elle qui nous a façonnés ; elle est généreuse et nous dispense ses richesses. Ne les gaspillons pas et respectons ses créations. Quant à « arrêter le progrès » !… Ce n’est pds en détruisant notre milieu, notre biosphère, qu’on ira vers une amélioration, Un approfondissement constant de nos connaissances sur cette nature qui nous entoure, l’intérêt et la modestie devant toute forme de vie, si peu sympathique qu’elle nous apparaisse, voilà ce que doit être l’attitude d’un Humain, pour progresser.

Des articles similaires:

D'autres Articles:

Un dernier mot

A la fin, nous espérons que cet article vous a aidé à mieux comprendre La nature et ses secrets. Pour plus d’articles sur la Nature ou sur d’autres thèmes, veuillez consulter la page d’accueil.