Histoire – Conflit entre Sparte et Athènes

Histoire – Conflit entre Sparte et Athènes

Conflit entre Sparte et Athènes

Avant de commencer cet article qui vise comme sujet : « Conflit entre Sparte et Athènes », il est très préférable de savoir que l’exploration du passé humain nous plonge au cœur même de l’histoire, l’anthropololie et d’autres sciences, révélant les mystères et les triomphes de notre passé ancestral.

Résumé de l'article:

Après la débâcle de Syracuse, la guerre entre Sparte et Athènes persiste, avec des répercussions dévastatrices pour la cité athénienne. La flotte spartiate, soutenue par le roi de Perse, s’engage dans une campagne de propagande et de démoralisation, incitant les alliés d’Athènes à se rebeller. Athènes sombre dans la panique et la démocratie vacille alors que la justice est bafouée et la méfiance règne. Cette période tumultueuse est marquée par des bouleversements politiques et sociaux majeurs.

Histoire – Conflit entre Sparte et Athènes

La guerre continua donc à faire rage entre Sparte et Athènes, longtemps encore après la défaite de Syracuse. Les Spartiates étaient ravis de se battre. Ne possédaient-ils pas désormais une flotte aussi bien qu’une armée ? Cette flotte était un cadeau personnel du machiavélique roi de Perse qui estimait qu’il était grand temps de pousser un peu à la roue et d’aider les Grecs à se trucider gentiment en famille. Quand les Spartiates décidèrent d’envahir de nouveau l’Attique, leurs vaisseaux de guerre pénétrèrent en mer Égée.

Là, ils interceptèrent les navires marchands qui ravitaillaient Athènes. Puis ils allèrent d’une île à l’autre, encourageant les cités alliées d’Athènes à quitter la ligue qui les liait à elle. Le roi de Perse n’avait confié à personne ce qu’il comptait faire des cités insulaires une fois qu’elles seraient libérées du joug d’Athènes. Mais, à son sourire épanoui, on voyait bien qu’il avait sa petite idée, et que la tournée de propagande des Spartiates servait ses plans. Ce n’était pas pour rien qu’il avait offert si aimablement des bateaux !

Un vent de panique ne tarda pas à souffler sur Athènes. D’après Thucydide, ce fut une sorte de folie collective qui n’épargna personne. Pour tout résumer en quelques mots, la justice, à Athènes, cessa d’exister du jour au lendemain. Les alliées insulaires de la cité furent brusquement si bien accablées d’impôts qu’elles se trouvèrent entièrement dépouillées. Quand une des petites îles suppliait qu’on la laissât en dehors de la guerre, Athènes envoyait sa flotte avec ordre de tuer tous les hommes et de vendre leurs familles comme esclaves.

Petit à petit aussi les citoyens d’Athènes commencèrent à se considérer mutuellement avec méfiance. Les chefs que l’on élisait aujourd’hui couraient le risque d’être exécutés demain. Au cours des quelques mois qui suivirent, la démocratie elle-même fut oubliée : un conseil comprenant quatre cents membres se chargea à lui seul de gouverner Athènes. Puis l’assemblée reprit de son influence et on assista de nouveau à une magnifique foire d’empoigne. Par un beau soir d’été de l’an 405 avant Jésus-Christ, un navire pénétra dans le port du Pirée.

En quelques minutes, une terrible nouvelle atteignit la ville : les bâtiments de guerre spartiates venaient de décimer, à proximité du petit fleuve de Thrace, l’Aigos-Potamos, la flotte qu’Athènes avait eu tant de mal à reconstituer après la défaite de Sicile ! La ville de la déesse Athéna, cependant, tint bon encore une année. À ce moment-là, elle avait pratiquement tout perdu : ses soldats, ses vaisseaux, ses alliées et son argent.

Les troupes de l’ennemi campaient devant les murs protecteurs de la cité tandis que ses navires bloquaient le port du Pirée. Car les Spartiates n’étaient pas pressés : ils attendaient tranquillement que la faim eût raison de leurs adversaires. La paix fut signée en 404 avant Jésus-Christ ! La guerre avait duré vingt-sept ans. Les Spartiates, tout contents, se mirent en devoir de démolir les hautes murailles édifiées par Thémistocle.

Cette démolition était prévue par le traité. De plus, Athènes devait renoncer à sa ligue d’alliées et ne conservait que douze de ses bateaux de guerre. En revanche, elle ne serait pas détruite et ses habitants échapperaient à l’esclavage.

Conclusion de l'article:

La paix signée en 404 avant Jésus-Christ met fin à vingt-sept ans de conflit, laissant Athènes exsangue mais préservée de la destruction totale. Les Spartiates, victorieux, démembrent le pouvoir athénien en démolissant ses défenses et en limitant sa flotte. Cependant, la résilience d’Athènes, bien que diminuée, témoigne de sa capacité à survivre aux pires épreuves et à persévérer malgré les défaites.

Plateformes de formations

Zadibridge est un site web très récent et qui contient de nombreux articles divers et variés, ses articles couvrent de nombreux aspects, notamment les sciences, la cuisine et les folklores et les divers cultures lointaines.

Parallèlement, le site Zadibridge offre trois plateformes éducatives, dont deux gratuites. Pour accéder à la plateforme éducative sur YouTube, veuillez cliquer (ici). Cette chaîne contient des produits gratuits, dont la plupart sont des vidéos qui ne donnent pas l’avantage aux enseignants de suivre leurs apprenants. Nous vous proposons également nos documentaires : pour accéder à la chaîne documentaires du site Zadibridge, veuillez cliquer (ici). Et, si vous souhaitez accéder à notre plateforme de formations qui propose différents cours en français, anglais et en arabe merci de cliquer (ici), notre plateforme de formations est une plateforme ciblée, ses produits sont professionnels et leurs prix sont très compétitifs

Des articles similaires:

D'autres Articles:

Un dernier mot

A la fin, nous espérons que cet article vous a aidé à mieux comprendre l’histoir des êtres humains et leurs civilisations. Pour plus d’articles sur l’histoir et les civilisations ou sur d’autres thèmes, veuillez consulter la page d’accueil.