Histoire – Cyrus et la Chute de Babylone

Histoire – Cyrus et la Chute de Babylone

Cyrus et la Chute de Babylone

Avant de commencer cet article qui vise comme sujet : « Cyrus et la Chute de Babylone », il est très préférable de savoir que l’exploration du passé humain nous plonge au cœur même de l’histoire, l’anthropololie et d’autres sciences, révélant les mystères et les triomphes de notre passé ancestral.

Résumé de l'article:

Babylone, dernière grande capitale de la civilisation mésopotamienne, tomba sous le contrôle des Mèdes et des Perses. Ces peuples, originaires des steppes de l’Asie centrale, s’étaient établis dans les régions montagneuses entourant le plateau iranien. Sous la direction de Cyrus, les Perses unifièrent les tribus aryennes et conquirent Babylone. Avant Cyrus, la religion mazdéenne, prêchée par Zoroastre, avait commencé à lier les peuples iraniens autour du culte d’Ahouramazda, dieu de lumière et de bonté. La conquête de Babylone par Cyrus fut marquée par sa clémence et son intelligence, contrastant avec la brutalité des anciens tyrans assyriens.

Histoire – Cyrus et la Chute de Babylone

Babylone, dernière capitale de la civilisation mésopotamienne, était donc aux mains des Mèdes et des Perses. Ces deux peuples descendaient des tribus aryennes qui, bien des siècles plus tôt, étaient venues des steppes de l’Asie centrale avec leurs troupeaux et leurs chevaux. Certains Aryens s’étaient établis dans les vallées ou au flanc des montagnes qui entouraient le grand plateau aride situé entre le golfe Persique et la mer Caspienne.

C’est d’eux que le pays, l’Iran, tira son nom. Les Aryens fixés dans les monts au nord-est de la Mésopotamie étaient les Mèdes, connus de leurs voisins pour leur talent à élever les chevaux, et à razzier les villes. D’autres Aryens habitaient plus au sud par rapport aux Mèdes, dans la région de Parsa (plus tard Persépolis), où ils occupaient des vallées et des plaines au pied des monts Zagros : c’étaient les Perses.

En 650 avant Jésus-Christ, l’un de leurs chefs constitua un petit royaume et monta sur le trône. Plus tard, son descendant, Cyrus, s’imposa aussi bien aux Mèdes qu’aux Perses. Ayant réuni ces diverses tribus, il les conduisit avec succès à l’assaut de Babylone. Avant que Cyrus eût réalisé l’unité de son peuple, un homme devait influer sur les Perses d’une autre manière.

C’était Zoroastre, ou Zarathoustra, qui, vers 600 avant Jésus-Christ, commença à prêcher une nouvelle religion aux peuples de l’Iran. Jusqu’alors, les Aryens avaient toujours adoré plusieurs dieux, en particulier Mithra, dieu du soleil, auquel ils sacrifiaient des animaux. Les prêtres officiants jouissaient de nombreux privilèges. Chez les Mèdes, on les appelait des mages.

Zoroastre, lui, n’instaura ni rites ni clergé nouveaux. Il se contenta d’être un prophète et un législateur. Au début, personne ne l’écouta. Puis il réussit à convertir le prince Vishtaspa qui devint son disciple et son protecteur. La religion des Parsis ou mazdéisme était née. Voici, en phrases simples, ce que Zoroastre enseignait : Ahouramazda (Ormuzd), dieu de lumière, de vérité et de bonté, était engagé dans une bataille terrible contre les forces du mal et des ténèbres représentées par le dieu Ahriman.

Cette bataille se livrait en tous les points du globe et dans l’âme de tous les hommes. Pour les hommes devaient donc aider Ahouramazda en accomplissant de bonnes actions, en prononçant des mots de charité et en s’efforçant de n’avoir que des pensées méritoires. Grâce à l’effort universel, Ahriman finirait par être vaincu. Le mal et les ténèbres disparaîtraient du monde. En demandant aux humains de tendre au bien, Zoroastre introduisait une force nouvelle dans la religion de l’Iran.

Avant la venue de Cyrus, donc, les peuples d’Iran n’avaient guère de lien entre eux que la religion. Cyrus lui-même, si l’on en croit la légende, fut fortement influencé par celle-ci. Jadis, alors qu’il était tout bébé, un roi des Mèdes avait tenté de le faire périr. Cyrus n’avait échappé que de justesse à la mort : on l’avait confié à un couple de bergers qui l’éleva jusqu’à ce qu’il fût en âge de réclamer son trône.

Vers 550 avant Jésus-Christ, ayant réussi à faire l’unité entre les Mèdes et les Perses, Cyrus partit en guerre contre Crésus, le puissant roi de Lydie. Un oracle grec avait averti Crésus : “Si tu combats, un royaume tombera.” Plein de confiance, Crésus livra bataille à Cyrus. L’oracle n’avait pas menti : un royaume tomba bien mais ce ne fut pas celui de Cyrus.

Crésus perdit la Lydie. Cyrus s’empara de Sardes, la capitale, puis il domina la Turquie, y compris les colonies grecques, échelonnées le long de la côte. Quelque temps encore, et Cyrus se trouva maître de l’Assyrie entière, ou presque. Cyrus peut être considéré comme un grand conquérant.

Ses qualités guerrières, cependant, ne l’empêchèrent pas de se montrer plein d’intelligence et d’humanité. À la différence des tyrans assyriens, il se garda bien de massacrer ses ennemis et de détruire les villes.

Au contraire, il se montra clément pour l’ennemi vaincu, et sa générosité lui valut une renommée qui déborda même ses frontières. Aussi, lorsqu’il résolut de prendre Babylone, la plupart des citoyens de la ville, révoltés de la barbarie de leurs rois, accueillirent-ils l’envahisseur à la manière d’un libérateur.

Conclusion de l'article:

La chute de Babylone aux mains des Mèdes et des Perses marqua la fin d’une ère et le début d’une nouvelle domination en Mésopotamie. Cyrus, par sa sagesse et sa clémence, fut accueilli comme un libérateur par les Babyloniens, épuisés par la barbarie de leurs anciens rois. L’influence de la religion mazdéenne prêchée par Zoroastre contribua à l’unification des peuples iraniens sous un même idéal de bonté et de lumière. Ainsi, la conquête de Babylone par Cyrus symbolisa non seulement un changement politique, mais aussi une transition culturelle et religieuse significative pour la région.

Plateformes de formations

Zadibridge est un site web très récent et qui contient de nombreux articles divers et variés, ses articles couvrent de nombreux aspects, notamment les sciences, la cuisine et les folklores et les divers cultures lointaines.

Parallèlement, le site Zadibridge offre trois plateformes éducatives, dont deux gratuites. Pour accéder à la plateforme éducative sur YouTube, veuillez cliquer (ici). Cette chaîne contient des produits gratuits, dont la plupart sont des vidéos qui ne donnent pas l’avantage aux enseignants de suivre leurs apprenants. Nous vous proposons également nos documentaires : pour accéder à la chaîne documentaires du site Zadibridge, veuillez cliquer (ici). Et, si vous souhaitez accéder à notre plateforme de formations qui propose différents cours en français, anglais et en arabe merci de cliquer (ici), notre plateforme de formations est une plateforme ciblée, ses produits sont professionnels et leurs prix sont très compétitifs

Des articles similaires:

D'autres Articles:

Un dernier mot

A la fin, nous espérons que cet article vous a aidé à mieux comprendre l’histoir des êtres humains et leurs civilisations. Pour plus d’articles sur l’histoir et les civilisations ou sur d’autres thèmes, veuillez consulter la page d’accueil.