La buse variable

La buse variable

Le male de la buse variable

Le male de la buse variable

Bref contexte

La buse variable est connu en ornithologie sous le nom de: Buteo Buteo. Et elle appartient à la famille  des Falconides. et qui lui même appartient a l’ordre des Falconiformes. Cette étude couvre toutes les parties nécessaires de l’ornithologie afin de connaître tout les détails de l’oiseau.

Apparence et comportement

Long : 51-57 cm ; aile : male 387 mm, femelle : 397 mm ; env : 112-143 cm. Poids : male 790 g (525-1183), femelle: 966 g (625-1364).

Dessus brun foncé; dessous blanchâtre taché de brunâtre, notamment sur la poitrine et les flancs; parfois aussi entièrement brun barré de blanc; très larges variations individuelles; bec noir corne; cirre et pattes jaunes, oeil brun.

Au dessus du pré tournoie paresseusement un gros oiseau sombre, avec de larges ailes très digitées. Sans effort apparent, il s’élève lentement, prenant appui sur une colonne d’air chaud. C’est une buse variable, l’un de nos plus gros rapaces de plaine, reconnaissable à l’ampleur de son vol, à ses formes massives et à ses proportions comparables – en plus petit bien sur et en moins effilé toutefois – à celles de l’aigle royal.

De temps en temps, elle amorce une descente, réduit sa voilure puis, ayant retrouvé une ascendance, monte à nouveau. C’est ainsi que la buse, paresseuse, parcourt son territoire à longueur de journée. A le voir glisser imperturbablement sur le ciel, comment ne pas imaginer que cet oiseau vole aussi par plaisir. L’envol non plus ne manque pas d’élégance même si, partant de terre, le rapace doit d’abord s’arracher du sol avec des battements d’ailes très amples et lents. Ne disposant que d’un répertoire limité, la buse se manifeste par des miaulements sifflés et traînants, habituellement lancés par séries de deux ou trois.

La femelle de la buse variable

La femelle de la buse variable

Échantillon de la voix de l'oiseau

Alimentation

C’est le plus souvent à l’affût que la buse chase. Postée sur un piquet de clôture, ou sur la branche dénudée d’un grand arbre, elle observe méthodiquement le sol ; cette inspection minutieuse peut aussi avoir lieu du haut des airs. Qu’un compagnon apparaisse, et le rapace plane jusqu’à sa proie, la saisit dans ses serres puissantes, l’achève aussitôt, et l’avale sans autre forme de procès. Trop lente pour s’attaquer aux oiseaux adultes, la buse variable se nourrit essentiellement de petits mammifères, en particulier de rongeurs. Parcourant les champs « à pied », elle s’empare également de gros insectes, de batraciens et même de vers de terre, au printemps et en été, elle capture aussi à l’occasion de jeunes oiseaux encore malhabiles, et pouvant avoir la taille de la corneille noire.

Loin de justifier sa réputation de voleuse de poules que, par ignorance ou refus de la réalité, nombre de paysans colportent encore, la buse variable s’avère au contraire comme le renard ou la chouette effraie, l’un des tous premiers prédateurs de rongeurs. A ce seul titre donc, elle mérite la plus totale protection, surtout quand on sait que sa ration journalière est de 90 à 140g

Les oeufs de la buse variable

Les oeufs de la buse variable

Reproduction

Dès le début de l’années, au plus tard en mars, le couple se réinstalle sur son territoire. Planés en larges cercles, accompagnés de miaulements et de piqués obliques, constituent l’essentiel de jeux aériens auxquels mâles et femelles s’adonnent volontiers, surtout par beau temps. Ces manifestations sont également le fait des oiseaux célibataires en quête d’âme sœurs.

C’est dans les grands bois ou les forets que la buse variable élit habituellement domicile, l’aire étant bâtie plutôt en lisière qu’en profondeur, soit contre le tronc, soit sur une grosse branche. En pays de bocage notamment, de nombreux couples s’établissent sur les grands arbres isolés au milieu des champs. Bien que les oiseaux puissent construire chaque année leur demeure de toutes pièces, les plates-formes disponibles que constituent les aires désaffectées de rapaces les vieux nids de corvidés sont très appréciées des nicheurs. Cette assise durable et résistante au temps est ensuite consolidée à l’aide de branches, l’intérieure du nid étant garnie d’herbes sèches et de mousses. L’apport de matériaux se poursuit d’ailleurs jusqu’au départ des jeunes, les adultes garnissant sans cesse l’aire de feuilles fraîches.

La ponte qui débute en avril est constituée de 2 ou 3 œufs pondus à 2 ou 3 jours d’intervalle. Fond blanc, parfois presque immaculé, plus souvent maculé de taches brunes, rousses et violacées. Moyennes : 44 x 55 mm ; poids : 53 g. incubation : 33 jours, parfois 35, assurée par la femelle seule ou par les deux partenaires, à partir du premier ou du deuxième œuf. Les jeunes sont couvés par la femelle pendant la première semaine suivant l’éclosion et ne restent seuls qu’au bout de 14 jours. Le ravitaillement est alors assuré par le male, la femelle se chargeant de distribuer la béquée aux poussins. Les jeunes quittent le nid à l’age de 50-55 jours, mais ne sont indépendants qu’un mois et demi plus tard.

Migration

Si les buses variables nichant en Europe tempérée et chaude affichent un caractère nettement sédentaire, il n’en est pas de même de nicheurs des Pays scandinaves et de l’Allemagne. En septembre et octobre, les rigueurs naissantes de l’hiver poussent en effet ces oiseaux à déserter leur territoire pour migrer vers le sud sud-ouest qu’ils atteignent soit indépendamment soit en groupe décousus. C’est ainsi que l’ouest de la France accueille les migrateurs venus de Norvège, de Suède et de Finlande, l’est et le sud-est recevant ceux d’Allemagne.

Distribution

La buse variable se reproduit en Europe du détroit de Gibraltar au sud de la Suède, et de l’Atlantique à la Turquie. D’autres sous-espèces sont connues aux Açores, aux îles Canaries et aux lies du Cap vert, en Sibérie et jusqu’au Japon.

Un dernier mot

A la fin, nous espérons que cet article vous a aidé à mieux comprendre le monde des oiseaux. Pour plus d’articles sur les oiseaux en particulier ou sur d’autres thèmes, veuillez consulter la page d’accueil.

Articles récents