La céramique pharaonique

La céramique pharaonique

La céramique pharaonique

Dans cet article nous allons voir: “La céramique pharaonique“, la plus blanche et la plus fine, la plus délicate et la plus précieuse des céramiques. 

La céramique pharaonique

La progression croissante du désert au Nord de l’Afrique poussa les populations et les animaux du Paléolithique de quitter les grands lacs situés en Algérie et la Libye et se concentrer en certains points de l’étroite bande de terre que baigne le Nil, qui le fertilise tous les ans grâce à ses crues dans la vallée qui porte son nom. Par ailleurs, le Néolithique commença vers le Vème millénaire avant J.-C., probablement sous l’influence des cultures des terres asiatiques. A partir de ce moment et jusqu’à l’unification du pays sous les pharaons de la 1’ère dynastie, plusieurs cultures dites prédynastiques, se succèdent. 

L’industrie de la céramique reflète un progrès constant, depuis les coupes et les tasses en argile mal cuite de Fayoum (5.000 ans avant J.-C.) et les récipients grossièrement travaillés de Deir-Tasa, en passant par les exemplaires polis de El-Badari (4.000 ans avant J.-C.) qui s’effeuillaient au fur et à mesure qu’on les utilisait et qui pouvaient à peine retenir l’eau, jusqu’à arriver aux vases de El Gerza (3.800 ans avant J.-C.) qui offrent une céramique bien terminée, aux formes arrondies et douces, peinte avec des dessins roses sur fond crème, qui représentent d’une façon assez puérile des bateaux avec des voiles en roseau et de nombreuses rames, des séries de collines, des ensembles de spirales, etc.

Cependant, dans ce cas comme dans celui d’ElAmra, on continuait à produire de beaux vases en pierre polie qu’on a trouvés principalement dans les nécropoles de Naqada et de El-Ballas

Plus tard, la céramique égyptienne introduisit des motifs végétaux dans la décoration de ses vases et de ses plats, ainsi que des animaux avec des formes humaines simplifiées et en action : chasseurs avec chiens, guerriers en marche, autruches, poissons, hippopotames (et d’autres). Cependant, tout cela signifiait à peine un échantillon du niveau éblouissant que les arts allaient atteindre avec la civilisation du Nil.

Vers l’an 3.000 avant J.-C., Ménès le pharaon légendaire, unifie l’Egypte depuis le delta jusqu’à la première cataracte, commençant ainsi [a très longue période dynastique divisée historiquement en Empires Ancien, Moyen et Nouveau, pendant lesquels se succéderont avec plus ou moins de succès et de chance 30 dynasties, et qui se terminera avec la conquête romaine en 30 avant J.-C.

En Egypte, la céramique dut affronter des ennemis nouveaux et puissants: les métaux. D’abord [e cuivre et le bronze, puis l’or et l’argent, et plus tard le fer, qui entraient dans l’histoire par la force des armes et concurrencèrent la céramique. On préférable bois, l’ivoire, l’albâtre et la pierre elle-même pour tailler des statuettes, pour fabriquer des produits, des jouets, des représentations de bateaux, etc. Des figures faites avec les matériaux cités nous montrent la majesté des pharaons, le hiératisme des dieux, la beauté des esclaves, des joueuses d’instruments et des danseuses, ainsi que la misère des pauvres.

Dans les excavations de pyramides, de tombes et de temples, on a découvert des mobiliers complets avec des échantillons de l’art égyptien de toutes les époques, de nombreux modèles de maisons, de magasins, de caves, de granges, de corridors de palais, etc. en maquettes de petite taille, dans lesquelles des centaines de petites formes en argile mettent en scène, avec une vivacité surprenante, le va-et-vient des personnes s’occupant des travaux de la vie communautaire.

On conserve un potier en pierre à chaux qui a été trouvé dans la mastaba de Ne-impu-kai. Il est exécuté avec un réalisme brutal: ses pommettes sont saillantes, ses côtes à fleur de peau et ses genoux sont noueux, il est accroupi et en train de travailler l’argile sur un tour giratoire. 

Ceci nous fournit deux renseignements : d’abord qu’en Egypte on inventa le tour de potier il y a environ 2.400 ans, et ensuite que la profession de potier était considérée comme méprisable et de condition humble. Ce qui n’empêche pas que la céramique égyptienne offre des chefs-d’œuvre d’une composition très belle, dignes de figurer dans les musées.

Plateformes de formations

Zadibridge est un site web très récent et qui contient de nombreux articles divers et variés, ses articles couvrent de nombreux aspects, notamment les sciences, la cuisine et les folklores et les divers cultures lointaines.

Parallèlement, le site Zadibridge offre trois plateformes éducatives, dont deux gratuites. Pour accéder à la plateforme éducative sur YouTube, veuillez cliquer (ici). Cette chaîne contient des produits gratuits, dont la plupart sont des vidéos qui ne donnent pas l’avantage aux enseignants de suivre leurs apprenants. Nous vous proposons également nos documentaires : pour accéder à la chaîne documentaires du site Zadibridge, veuillez cliquer (ici). Et, si vous souhaitez accéder à notre plateforme de formations qui propose différents cours en français, anglais et en arabe merci de cliquer (ici), notre plateforme de formations est une plateforme ciblée, ses produits sont professionnels et leurs prix sont très compétitifs

Des articles similaires:

D'autres Articles:

Un dernier mot

A la fin, nous espérons que cet article vous a aidé à mieux comprendre la céramique. Pour plus d’articles sur la céramique ou sur d’autres thèmes scientifiques, veuillez consulter la page d’accueil.