La perdrix grise

La perdrix grise

La perdrix grise

Le male de la perdrix grise

Bref contexte

La perdrix grise est connu en ornithologie sous le nom de: Perdrix Perdrix. Et elle appartient à la famille des phasianidés et qui lui même appartient a l’ordre des galliformes. Cette étude couvre toutes les parties nécessaires de l’ornithologie afin de connaître tout les détails de l’oiseau.

Apparence et comportement

Long : 29 cm ; aile pliée : 143-170 mm ; env : 50 cm ; queue : 83 mm ; bec : 13 mm. Poids : 380 g.

Adultes : têtes ocre fauve séparée de la calotte brune par un liseré gris ; dessus et queue brun gris ; ailes brunes ; cou et poitrine gris blanchâtre avec plumes frangées de brun noir ; ventre blanc cassé un peu tacheté de marron chez les femelles, marqué d’un croissant de même couleur chez les males ; flancs brun pale rayé de brun ocre dans un sens et de blanchâtre dans l’autre ; bec verdâtre ; œil brun ; pattes grisâtres.

La femelle de la perdrix grise

La femelle de la perdrix grise

Bref contexte

Le corps rond et solidement campé sur les deux pattes robustes, le cou recroquevillé ou dressé selon les circonstances, la queue courte, conique et rabattue vers le sol, la perdrix grise à l’allure d’une énorme caille. Toujours en éveil, prompte à disparaître à la moindre  alerte ou à se blottir entre deux mottes de terre, c’est aussi à sa livrée protectrice que l’oiseau doit bien souvent son salut. Modeste certes vu de loin, mais riches en dégradés subtils, brun terreux dessus, gris cendre sur le cou et la poitrine, la tête couleur de feuilles mortes, et le haut du ventre marqué d’une « empreinte de cheval » chez le mâle.

Son plumage s’harmonise à la perfection avec les mille nuances des labours, des champs et des chaumes. Prise au dépourvu ou poussée dans ses derniers retranchements, la perdrix grise s’élance bruyamment, la perdrix grise affectionne les lieux semi-ouverts, ces campagnes oŭ s’imbriquent étroitement des champs de cultures variées, séparés par des « ponts » d’herbes sauvages et de ronciers, et quadrillés par un réseau de haies. Les lisières de bosquets et des petits bois sont également appréciés comme gîte et refuge. C’est par un cri dur, rauque et retentissant que le mâle signale sa présence, l’envol étant l’occasion d’émettre un son caqueté.

Échantillon de la voix de l'oiseau

Alimentation

La perdrix grise se nourrit de graines, notamment des herbes dites ‘mauvaises » et anéanties à grand renfort de pesticides. Elle consomme aussi des céréales apres la moisson, des pousses et des bourgeons. Au printemps, les insectes et les vers lui fournissent un complément important, capital même pour les poussins.

Reproduction

Avec l’annonce prochaine des beaux jours en février ou mars, les groupes se disloquent. L’instinct reproducteur se réveille, concrétisé par de nombreuses poursuites et prises de bec agressifs. Dès la formation du couple, les deux partenaires s’isolent. La femelle, à qui revient le choix du site, gratte alors une mince cuvette qu’elle matelasse à l’aide d’herbes et de feuilles sèches. Bien camouflé sous la végétation, ce nid possède aussi un couloir d’accès que la mère emprunte scrupuleusement lors de ses rares sorties quotidienne.

La ponte se déroule dans la seconde quinzaine de mai et comprend de 10 à 20 œufs. Fond verdâtre à brun olive. Moyennes : 27 x 36 mm ; poids : 13 g. les 25 jours d’incubation sont assurés par la femelle tandis que le mâle veille aux alentours. Quelques heurs après l’éclosion des derniers poussins, toute fa famille s’éloigne sous la conduite des deux adultes et commence çà se régaler s’insectes.

Les œufs de la perdrix grise

Les œufs de la perdrix grise

Migration

Très fidèles à leurs lopins, les perdrix grises mènent une vie de famille des plus casanière. Adultes et jeunes ne se quittent guère, la petite compagnie, qui peut  accepter quelques oiseaux isolés, passant la mauvaise saison sur le territoire d’été.

Répartition

Très fidèles à leurs lopins, les perdrix grises mènent une vie de famille des plus casanière. Adultes et jeunes ne se quittent guère, la petite compagnie, qui peut  accepter quelques oiseaux isolés, passant la mauvaise saison sur le territoire d’été.

Un dernier mot

A la fin, nous espérons que cet article vous a aidé à mieux comprendre le comportement des oiseaux. Pour plus d’articles sur le monde des oiseaux en particulier et sur le monde animal en général, veuillez consulter la classification des animaux

Articles récents