Le Guillemot à Miroir

Le Guillemot à Miroir

Le Guillemot à Miroir

Le Guillemot à Miroir

Bref contexte: Le Guillemot à Miroir

Le Guillemot à Miroir est un oiseau connue en ornithologie sous le nom: Cepphus grylle. Et l’oiseau appartient à la famille des Alcidae qui appartient elle aussi a l’ordre des Charadriiformes. Cette étude couvre toutes les parties nécessaires de l’ornithologie afin de connaître tous les détails des oiseaux.

Apparence et comportement: Le Guillemot à Miroir

Long: 33.cm; env. : 54 cm; poids: 340 g. Plumage entièrement noir, sauf une grande tache blanche sur chaque aile ; bec noir ; pattes rouges ; en hiver la calotte, la nuque et le dessus sont grisâtres, la tête et le dessous devenant blancs. Plus petit et plus agile que son grand cousin le guillemot de Troil, le guillemot à miroir ne manque pas de personnalité, étant I’un des rares alcidés à posséder un ventre noir. En plus de la plage blanche, le « miroir », ornant ses couvertures alaires, il arbore des pattes d’un rouge aussi vif que l’intérieur de sa gorge. 

Ce qu’il a perdu en poids et en force par rapport à son grand cousin, I’oiseau l’a gagné en souplesse et en mobilité. Sa démarche est en effet moins pataude et son vol moins brutal. Pourtant, comme ses proches parents, il n’y a vraiment qu’en mer où il aime se retrouver avec quelques congénères que ce guillemot soit vraiment à I’aise. Au vol, il se déplace avec des battements d’ailes précipités et incessants. A terre, il se tient plutôt couché sur le ventre qu’assis sur ses tarses.

Plutôt calmes par nature, les guillemots à miroir n’ont guère le répertoire véhément des guillemots de Troïl ou de Brünnich. En effet, plus que par des cris et autres appels endiablés, c’est en lançant un long sifflement aigu que mâles et femelles communiquent entre eux, à terre dans les rochers, ou posés sur I’eau au pied des parois.

Le Guillemot à Miroir

Le Guillemot à Miroir

Échantillons de cris: Le Guillemot à Miroir

L'alimentation: Le Guillemot à Miroir

Poissons bien sûr, mais aussi crustacés, mollusques et annélides sont inscrits au régime de I’espèce qui plonge et évolue sous I’eau avec une grande habileté.

Le Guillemot à Miroir

Les œufs du Guillemot à Miroir

Reproduction: Le Guillemot à Miroir

Rejoignant les côtes dans les premiers jours d’avril, c’est par couples isolés ou en petites communautés de quelques familles seulement que les guillemots à miroir se reproduisent. Les côtes peu élevées et protégées ont leur préférence, pourvu qu’elles fournissent les anfractuosités et autres galeries naturelles où les nicheurs vont dissimuler leur progéniture à l’abri des goélands et des labbes. Très tolérants les uns envers les autres, les oiseaux mènent une existence paisible et peu mouvementée, les combats étant toujours très rares et brefs. En mer, à proximité du lieu de ponte, les couples rassemblés en petites unités alignées, nagent et plongent tous ensemble, viennent se poser un à un sur les rochers puis retournent en mer et se rangent en file à nouveau. 

Tranquillement installés au fond de leur repaire, les adultes déposent sur le sol en guise de nid quelques algues ou des éclats de pierres. Début juin la femelle pond ses 2 œufs blancs piqués de noir et de rougeâtre ; moyennes : 41 x 60 mm ; poids : 53 g ; incubation : 28 jours. Très sombres dessus, plus clairs dessous, les petits guillemots à miroir restent sagement dans leur cachette à attendre I’arrivée des parents. Ils sont nourris de poissons entiers, souvent aussi longs qu’eux, et rapportés un à un par les adultes. Ce n’est qu’à l’âge de 40 jours que les jeunes se montrent à I’extérieur de leur cachette natale puis se jettent à la mer avant de s’éloigner en compagnie d’un ou des deux parents.

Migration: Le Guillemot à Miroir

Les voyages ne sont guère appréciés par le guillemot à miroir. Ainsi, même dans les régions polaires, les nicheurs restent-ils tout I’hiver à proximité des glaces flottantes.

Distribution: Le Guillemot à Miroir

Le guillemot à miroir se reproduit dans les îles Britanniques, dans la Baltique, sur les côtes de Laponie, aux Spitzberg, sur la Terre François-Joseph, en Nouvelle Zemble, en Islande, au Groenland, à Terre-Neuve, au Labrador et sur les îles du nord Canada.

Plateformes de formations

Zadibridge est un site web très récent et qui contient de nombreux articles divers et variés, ses articles couvrent de nombreux aspects, notamment les sciences, la cuisine et les folklores et les divers cultures lointaines.

Parallèlement, le site Zadibridge offre trois plateformes éducatives, dont deux gratuites. Pour accéder à la plateforme éducative sur YouTube, veuillez cliquer (ici). Cette chaîne contient des produits gratuits, dont la plupart sont des vidéos qui ne donnent pas l’avantage aux enseignants de suivre leurs apprenants. Nous vous proposons également nos documentaires : pour accéder à la chaîne documentaires du site Zadibridge, veuillez cliquer (ici). Et, si vous souhaitez accéder à notre plateforme de formations qui propose différents cours en français, anglais et en arabe merci de cliquer (ici), notre plateforme de formations est une plateforme ciblée, ses produits sont professionnels et leurs prix sont très compétitifs

Des articles similaires:

D'autres Articles:

Un dernier mot

A la fin, nous espérons que cet article vous a aidé à mieux comprendre le monde des oiseaux. Pour plus d’articles sur les oiseaux en particulier ou sur d’autres thèmes, veuillez consulter la page d’accueil.