Le Guillemot de Troïl

Le Guillemot de Troïl

Le Guillemot de Troïl

Le Guillemot de Troïl

Bref contexte

Le Guillemot de Troïl ou le Guillemot Marmette est un oiseau connue en ornithologie sous le nom: Uria aalge. Et l’oiseau appartient à la famille des Alcidae qui appartient elle aussi a l’ordre des Charadriiformes. Cette étude couvre toutes les parties nécessaires de l’ornithologie afin de connaître tous les détails des oiseaux.

Apparence et comportement

Long. : 42 cm; env. : 107 cm ; poids : 850 g. Tête, cou, manteau et queue brun chocolat à brun noir ; poitrine et ventre blancs ; anneau orbital et filets blancs derrière l’oeil chez certains individus « bridés »» seulement ; bec noir ; pattes
gris noirâtre ; les jeunes ont les joues et la gorge blanche à I’instar des adultes en plumage d’hiver. De la taille du pingouin torda dont il partage la livrée noire dessus, blanche dessous, le guillemot de Troil se reconnaît à son bec fin, long et légèrement incurvé. Plus sociable et plus nerveux aussi, il balance la tête de haut en bas dans les colonies pour saluer l’arrivée d’un compagnon ou son petit. Comme tous les alcidés il vole en ligne droite, au ras des flots, ne pouvant décrire que de larges courbes. Dans les falaises il se tient raide, debout sur ses genoux, les pattes repliées au sol. Il se déplace donc le moins possible à terre, et toujours en déambulant maladroitement. Perché dans les falaises abruptes, c’est par de puissants « rrrrrouou-rrrrrouou )) que le guillemot de Troïl se manifeste sans faiblir, de I’aube au crépuscule. En mer et au vol il est silencieux.

Le Guillemot de Troïl

Le Guillemot de Troïl

Échantillons de la voix de l'oiseau

L'alimentation

Au menu de I’espèce, les poissons occupent une place prédominante. Ils sont pourchassés sous I’eau jusqu’à 10 m de profondeur, parfois même davantage, par les guillemots battant des ailes sous I’eau à la façon des manchots.

Le Guillemot de Troïl

Les œufs du Guillemot de Troïl

Reproduction

En mars, les nicheurs réintègrent la colonie. Invariablement, ils s’installent en pleine paroi, sur les corniches et les dalles rocheuses même dangereusement étroites. Serrés les uns contre les autres, les individus défendent leur petit territoire à coups de bec, mais toujours sans violence excessive.

Les guillemots de Troïl n’édifient aucune construction, ne transportent pas de matériaux et n’utilisent pas non plus les anfractuosités naturelles : ils déposent leur œuf directement sur la roche ou la couche de guano accumulée au cours des années. La ponte a lieu en mai juin, chaque femelle donnant un œuf unique, très gros et piriforme. En cas de choc, il tourne sur lui-même mais ne roule pas, limitant ainsi le nombre de pertes dues aux chutes. Le fond varie du vert pâle immaculé au brun taché de noir ; moyennes: 50 x 81 mm; poids: 103 g; incubation: 32 jours. Petite boule de duvet, le jeune guillemot de Troïl semble perdu dans la foule de ses congénères. Ce n’est pourtant qu’une illusion car ses parents sont- capables de le reconnaître à ses cris dès l’éclosion et même dit-on, avant qu’il soit sorti de l’œuf. Entouré de soins et d’attention, après avoir été couvé en permanence pendant une semaine, le poussin reste seul sur sa corniche, attendant patiemment le retour de ses aînés qui, à chacune de leurs expéditions en mer, rapportent le poisson un par un. Un soir, 20 jours environ après sa naissance et bien qu’étant encore incapable de voler, le jeune guillemot saute dans le vide accompagné par I’un au moins de ses parents. Parvenue en mer, la petite famille gagné le large à la nage en esquivant au mieux les charges des goélands toujours à I’affût. Quelques semaines seront encore nécessaires au jeune pour acquérir son indépendance.

Migration

Si les adultes sont plutôt erratiques que véritables migrateurs, les jeunes effectuent un véritable périple puisque ceux des îles Britanniques et d’Irlande notamment – viennent hiverner au large des côtes atlantiques françaises.

Distribution

Le guillemot de Troil se reproduit au Portugal, en Bretagne, dans la Baltique et les îles Britanniques, sur les côtes scandinaves, en Islande, au sud-ouest du Groenland, en Alaska, en Californie et à I’ouest de la Sibérie.

Un dernier mot

A la fin, nous espérons que cet article vous a aidé à mieux comprendre le comportement des oiseaux. Pour plus d’articles sur le monde des oiseaux en particulier et sur le monde animal en général, veuillez consulter la classification des animaux

Articles récents