Le Moineau Domestique

Le Moineau Domestique

A gauche le male, a droit la femelle du Moineau Domestique

A gauche le male, a droit la femelle du Moineau Domestique

Bref contexte

Le Moineau Domestique est un oiseau connue en ornithologie sous le nom: Passer Domesticus. Et l’oiseau appartient à la famille des Ploceidae qui appartient elle aussi a l’ordre des Pisseriformes. Cette étude couvre toutes les parties nécessaires de l’ornithologie afin de connaître tous les détails de cette famille.

Apparence et comportement

Long : 15 cm : aile pliée : 71-86 mm ; env : 25 cm ; queue : 51-69 mm ; bec : 13 mm. Poids : 30 g.

Mâle : calotte gris cendré ; bandeau noir joignant la base du bec à l’œil ; gorge noire ; dessus marron ; rémiges brun noir, bordées de roussâtre ; barre brun noir avec rectrices frangées de roussâtre ; dessous gris blanc ; œil et bec noirs ; pattes brun ocre.

Femelle : dessus et ailes plus ternes, pas de calotte accentuée, ni gorge ni bandeau noirs.

Le moineau domestique s’est tant habitué à l’homme et à ses constructions, qu’il est maintenant difficile d’imaginer une ville, un bourge, une cour de ferme ou un jardin sans sa présence. Il fait partie de notre décor quotidien. Populaire entre tous, il nous tient compagnie dans la rue, au parc ou à la ferme, égayant dès l’aube les boulevards encore vides de tout trafic.

A droit la femelle, a gauche le male du Moineau Domestique

A droit la femelle, a gauche le male du Moineau Domestique

Sympathique, débrouillard, avec lui c’est un peut de nature qui entre au plus profond de nos agglomérations. Et pourtant, ce « piaf », ce « pierrot » ne paye guère de mine. Sa silhouette nous est si familière qu’on prend à peine le temps de détailler les nuances de sa livrée, modeste sans doute mais non bâclée. Chacun connaît son allure basse et trapue, sa tête ronde semblant directement attachée au corps tant le cou est court, et son ventre tout en plumes qu’il parait reposer sur le sol.

Échantillons de la voix du Moineau Domestique

A terre le moineau domestique se déplace par petits bonds. Son vol est assez lourd et soutenu de battements rapides, l’oiseau préférant évoluer à ras de terre qu’en hauteur, bien que ses perchoirs habituels se situent dans les arbres, sur le toits ou les façades.

Il aime aussi se baigner dans une flaque ou un caniveau et prend avec plaisir des bains de poussière dans la terre sèche pour se débarrasser de ses parasites. Le cri de base est un « piii-piii ou piéép-piéép-piéép » bref et répété en séries aux variations multiples. L’oiseau est loquace, surtout en été dans les dortoirs.

L'alimentation

Grand consommateur de céréales, qui d’ailleurs déterminent en partie sa répartition, le moineau domestique mange aussi des insectes, des fruits et quelques vers, les oiseaux de villes nettoyant les places de marchés et se régalant du pain qu’on leur jette. A la mangeoire, il n’est pas le dernier, appréciant les graines et l’eau également quand il gèle.

Les œufs du Moineau Domestique

Les œufs du Moineau Domestique

Reproduction

En janvier déjà, les mâles commencent à choisir des postes de chant oŭ ils séjournent de plus en plus longtemps. Puis chacun s’approprié une cavité que les femelles célibataires sont invitées à visiter, le couple n’étant constitué qu’après plusieurs rencontres. Le moineau niche de préférence dans un loge abritée, qu’il s’agisse d’un trou de ventilation ou de l’avant-toit d’un bâtiment. A l’extérieur il s’installe dans les arbres oŭ il édifie des nids en boules. La paille et l’herbe sèches forment les parois et les soubassements du nid dont la cuvette intérieure est abondamment garnie de plumes. Les deux époux participent à la construction. Les moineaux peuvent aussi s’installer dans les vieux murs de pierres sèches, contre les troncs ou les pignons couverts de lierre, sur les poteaux télégraphiques en béton et même sur les vieilles machines agricoles.

Ils tendent à former des petites colonies qui peuvent regrouper une quinzaine de familles, mais oŭ chacun conserve son indépendance et défend pied à pied sa position.

Début mai ou plus tôt, fin avril, la femelle dépose sa première ponte contenant habituellement 5 ou 6 œufs. Fond blanc à vert pâle, tacheté et pointillé de brun noir, de gris cendré et d’olivâtre, surtout autour du gros bout. Moyennes : 15 x 22 mm ; poids : 3 g. les jeunes moineaux sont cuvés par les deux adultes pendant 12 jours, la garde de nuit étant assurée par la femelle.

Père et mère pourvoient au ravitaillement des poussins qui reçoivent d’abord un régime carné, constitué d’insectes et de larves. Ensuite, ils sont nourris de graines ayant déjà séjourné dans le jabot de l’adulte. Comme beaucoup de petits passereaux, les poussins quémandent leur nourriture le bec grand ouvert, avec un cri plaintif et en battant des ailes.

Les jeunes quittent le nid à l’age de 2 semaines, mais ils reçoivent encore leur pitance pendant une vingtaine de jours. La femelle termine seule l’élevage de sa nichée, portant à chacun de ses petits la ration tant attendue.

Dès qu’ils sont émancipés, les jeunes se groupent et forment des bandes, tandis que les adultes entreprennent la seconde ponte, elle-même suivi plus tard d’une troisième.

Migration

Il est difficile d’imaginer un oiseau plus casanier que le moineau domestique. Qu’il neige, pleuve ou vente, il se cramponne toute l’année à son bout de trottoir, son parc de banlieue ou son écurie. C’est donc un sédentaire convaincu dont la fidélité remarquable est tout à son honneur. Plus d’un meurt pourtant, transi, les plumes ébouriffées et la respiration haletante. Aussi, n’oublions pas ce « piaf » qu’une poignée de pain, de riz, de blé ou de millet aidera à attendre le printemps. Sa présence, son chant valent bien quelques cerises, d’autant qu’il débarrasse utilement le jardin des vers et des asticots.

Distribution

Le moineau domestique est aussi cosmopolite que possible. Il se reproduit en effet dans toute l’Europe. Il est représenté en Asie, oŭ l’aire de nidification s’étend jusqu’en Sibérie, et aux Indes par différente sous-espèces ; il se reproduit également au nord de l’Afrique.

Il a été introduit et a proliféré en Amérique du Nord et du Sud, ainsi qu’en Australie, en Nouvelle-Zélande et en de nombreuses autres contrées telles que l’Afrique du Sud.

Un dernier mot

A la fin, nous espérons que cet article vous a aidé à mieux comprendre le monde des oiseaux. Pour plus d’articles sur les oiseaux en particulier ou sur d’autres thèmes, veuillez consulter la page d’accueil.

Articles récents