Les animaux préhistoriques étaient-ils si laids?

Les animaux préhistoriques étaient-ils si laids?

Les animaux préhistoriques étaient-ils si laids?

Le Brontosaure, avec son gros corps et sa petite tête, le Tyranosaure, avec ses toutes petites pattes de devant, la Stégosaure, avec sa crête osseuse, tous ces animaux nous apparaissent ridicules, monstrueux, disproportionnés. Quelle différence avec un beau Tigre, un élégant Cheval de course, un Cerf majestueux. Brouillons de la nature, ainsi nous apparaissent tous ces exemplaires de la faune préhistorique.

Pourquoi? Parce qu’on pense d’abord aux grands reptiles du Secondaire. Et à première vue, ils ont un aspect si étrange qu’ils heurtent notre habituel sens de l’esthétique. De plus, ce sont des reptiles, et rien que ce nom soulève en nous une certaine répulsion. Nos reptiles actuels ne nous sont pas en général très sympathiques. Et bien que de tailles plus modestes, certains d’entre eux sont aussi étranges que leurs lointains cousins.

Le gigantisme des « terribles lézards » qui envahissaient la Terre au Secondaire a de plus quelque chose d’effrayant.

Répugnance instinctive envers les reptiles, peur de ce qui est trop grand, sont surtout les sentiments que l’on a pour ces Dinosauriens. Et pourtant, il devait Y avoir une certaine grâce dans les souples mouvements du long cou du Diplodocus. Dans l’énorme flore de leur époque, leur taille était proportionnée, et de plus tous n’étaient pas immenses, certains avaient la taille d’un poulet. Mais si leur aspect effrayant frappe l’imagination, il ne faut pas pour cela oublier tous les autres animaux.

Il y avait dans les mers de magnifiques coquillages dont l’ornementation somptueuse fait les délices des conchyliologues (collectionneurs de coquillages).

Au fond des océans Peu Profonds, se balançaient gracieusement des sortes d’Oursins fixés au sol par un long pédoncule formé d’anneaux de calcaire finement ciselés. A l’ère des reptiles, les Ammonites étaient très abondantes. Ces mollusques marins à tentacules vivaient dans la dernière loge d’une coquille cloisonnée ornée de stries, de crêtes, de boutons. Là variété de ces coquilles est inimaginable. Avant qu’elles ne soient fossilisée, la nacre qui tapissait l’intérieur des loges devait Ies rendre encore plus belle. Il faudrait un énorme livre pour vous présenter tous les magnifiques coquillages qui pullulaient dans les mers tièdes du Primaire et du Secondaire. Certaines formes sont étonnantes : les Rudistes, qui ont disparu, prenaient l’allure d’énormes cornes d’abondance longues de près d’un mètre et coiffées de chapeaux chinois.

Laids, les animaux préhistoriques? Gardons-nous bien de telles généralisations, les étranges formes reptiliennes ne doivent pas nous faire oublier toutes les merveilles animales dans lesquelles éclatent la vigueur et la richesse d’une nature vivante en pleine expansion

Un dernier mot

A la fin, nous espérons que cet article vous a aidé à mieux comprendre notre monde La Terre. Pour plus d’articles sur la Terre particulier ou sur d’autres sujets, veuillez consulter la page d’accueil.

Articles récents