Nutritions – Chocolat

Nutritions – Chocolat

Nutritions - Chocolat

Dans cet article nous allons voir:Nutritions – Chocolat“, la nutrition, clé de la santé, guide nos choix alimentaires. Explorer ce monde nous révèlera des trésors nutritionnels essentiels et méconnus.

Nutritions - Chocolat

L’origine du mot chocolat vient du Mexique Comme le cacao dont il est issu. Il est composé de Choco qui, en aztèque, signifie bruit et Atle qui veut dire eau : en effet, les habitants de l’Amérique centrale buvaient la fève de cacao mélangée à de l’eau et du miel en la remuant fortement dans de grands bols, si possible d’or L’empereur Montezuma vivait retiré dans son palais. Et faisait grande consommation de cette boisson : a La fin de chaque repas… et avant chaque visite à son harem. Il jetait dl ailleurs chaque fois son gobelet dans le lac alentour, habitude qui intrigua Fernando Cortez et fit sa fortune.

Si Christophe Colomb avait déjà fait parvenir des fèves de cacao en Europe dès 1502, sans succès, car les espagnols oublièrent de les faire griller, ce fut le Conquistador, qui en 1524 expédia une cargaison de fèves grillées. Il est vrai que Montezuma, pour protester contre la barbarie-coloniale, s’était laissé mourir de faim dans son palais, au milieu de 20 millions de graines de cacao, celles-ci étant également monnaie nationale.

Le roi Charles Quint et sa Cour adoptèrent le cacao (que les Aztèques mangeaient souvent avec une viande et du mais pimenté) Le monopole d’importation fut réservé aux gallions espagnols. Ce ne fut qu’un siècle plus tard que les autres part d’Europe firent directement connaissance avec ce produit, lors d’un abordage par un navire hollandais dais. Le chocolat devint si à la mode qu’on le consommait à toute heure. A tel point qu’une polémique s’était élevée pour savoir si, oui ou non, il était décent d’en boire dans les églises.

Après plusieurs tentatives d’interdiction, le pape Pie V déclara formellement que le chocolat, à seule condition qu’il fut à l’eau, ne rompait pas le jeune. Dès lors, il était de bon ton de le faire sentir par un esclave de couleur après la communion.

Le succès du chocolat gagna au XVI ( siècle toute l’Europe : l’Angleterre, la Hollande et la France firent planter des cacaoyers dans leurs colonies, mais la tempête de 1727 qui détruisit les plantations françaises des Antilles fut à l’origine dei cacaoyers en Afrique, d’où aujourd’hui encore nous viennent les fèves de cacao (Ghana, Côte-d’Ivoire, Cameroun).

Jusqu’à la Révolution, le chocolat était une boisson inconnue du grand public, puisqu’une charge de « Chocolatier du Roy » était accordée à quelques rares privilégiés. L’invention du Néerlandais Van Houten en 1815, qui eut, le premier, l’idée d’enlever aux, fèves une partie de leurs matières grasses et de les pulvériser fit du cacao devenu poudre, un produit de consommation (assez) courante. Au Suisse Peter raient l’invention du chocolat au lait (1869) que son voisin Henri Nestlé devait perfectionner avec le o fourrage ,.

Le cacaoyer est un arbre de 5 à 7 mètres de haut, aux larges feuilles qui porte des fruits appelés cabosses pesant environ 250 g. Chaque cabosse renferme environ trente fèves. Ces fèves, très amères de goût, sont séchées puis grillées (torréfaction) puis enfin broyées : on obtient une pâte de cacao, base du chocolat. Par pressage, on retire le beurre de cacao, matière grasse importante qui sert parfois à préparer le chocolat blanc (mélangé alors à du sucre). La pâte de cacao est tamisée et devient, suivant son taux de beurre de cacao, une poudre de cacao. En y ajoutant du sucre et en lui faisant subir quelques traitements, on obtient une poudre chocolatée pour boisson instantanée.

Enfin le chocolat : c’est un mélange de pâte de cacao (plus ou moins enrichi de beurre de cacao) et du sucre auquel peuvent être ajoutés du lait, des fruits secs, du miel, du café, etc…

Les différentes sortes de chocolat sont : le chocolat de ménage ou à cuire (15 % minimum de poudre de cacao), le chocolat qupé1ieur (ou a croquer) (35 % au moins de poudre de cacao), le chocolat amer, ou bitter ou noir (55 %) considère comme le meilleur et le plus proche de la fève torréfiée. Enfin, le chocolat au lait contient 55 % de sucre , 15 % de lait et 25 % de poudre de cacao.

Si le cacao est un aliment assez complet, recommandé à tous, il n’en est pas de même pour le chocolat : en effet, ce dernier renferme du beurre de cacao (soit un tiers de matières grasses environ) et surtout, pour le rendre appétissant beaucoup de sucre (plus de la moitié). Le chocolat est très nutritif (600 calories/ 100 g) : trois tablettes et demie correspondent aux besoins caloriques d’un adulte par jour. Mais le chocolat ne contient presque pas de vitamines, de protides, th’ sels minéraux. C’est pourquoi il doit être consommé avec modération.

Un dernier point : contrairement à ce que l’on pense, le chocolat ne donne pas mal au foie : c’est son importante quantité de graisse et sa masse de sucre qui peuvent par excès, amener des troubles intestinaux que nous dénommons à tort « crise de foie ».

Plateformes de formations

Zadibridge est un site web très récent et qui contient de nombreux articles divers et variés, ses articles couvrent de nombreux aspects, notamment les sciences, la cuisine et les folklores et les divers cultures lointaines.

Parallèlement, le site Zadibridge offre trois plateformes éducatives, dont deux gratuites. Pour accéder à la plateforme éducative sur YouTube, veuillez cliquer (ici). Cette chaîne contient des produits gratuits, dont la plupart sont des vidéos qui ne donnent pas l’avantage aux enseignants de suivre leurs apprenants. Nous vous proposons également nos documentaires : pour accéder à la chaîne documentaires du site Zadibridge, veuillez cliquer (ici). Et, si vous souhaitez accéder à notre plateforme de formations qui propose différents cours en français, anglais et en arabe merci de cliquer (ici), notre plateforme de formations est une plateforme ciblée, ses produits sont professionnels et leurs prix sont très compétitifs

Des articles similaires:

D'autres Articles:

Un dernier mot

A la fin, nous espérons que cet article vous a aidé à mieux comprendre les nutritions. Pour plus d’articles sur les nutritions ou sur d’autres thèmes, veuillez consulter la page d’accueil.