Nutritions – Conserve

Nutritions – Conserve

Nutritions – Conserve

Dans cet article nous allons voir:Nutritions – Conserve“, la nutrition, clé de la santé, guide nos choix alimentaires. Explorer ce monde nous révèlera des trésors nutritionnels essentiels et méconnus.

Nutritions – Conserve

Si, depuis toujours, la conservation des aliments est connue par le sel, le séchage ou le sucre, la conserve par stérilisation est récente : elle est l’œuvre, d’un fils de restaurateur de Châlon, devenu officier de bouche puis pâtissier vers 1785, Nicolas Appert.

Stimulé par un prix de 12000 francs-or que le Directoire, préoccupé par le ravitaillement des troupes, offrait à celui qui proposerait la meilleure méthode de conservation des aliments, cet invention eut l’ idée géniale de tremper dans une eau bouillante des pois et des haricots enfermés en un bocal hermétique. Appert mourut en 1841 dans la plus totale pauvreté.

D’autres développement la conserve les Anglais d’abord qui eurent l’idée de mettre les aliments dans une boîte de fer blanc – les Grecs, employaient déjà ce métal pour empêcher l’oxydation de certaines statues – et les Américains ensuite qui en 1819 déposèrent les premiers brevets officiels pour la fabrication des conserves, créant ainsi une industrie qui s’est développée activement lors da la guerre de Sécession.

Aujourd’hui il y a environ 500 produits qui sont vendus « appertisés »: 900000 tonnes de conserves végétales (dont 250 000 tonnes de petits pois et 150 000 tonnes de haricots verts), 265000 tonnes de plats cuisinés , 250 000 tonnes de fruits et confitures et 100 000 tonnes de poissons (dont 40000 tonnes de sardines à l’huile, procédé mis au point en 1823 par… Joseph Colin).

La consommation de ces conserves est en progrès constant, soit une moyenne de 10 kg de légumes, de 3 kg de fruits, de 2 kg de viande, de 2 kg de plats cuisinés et de 2 kg de poissons par habitant, chaque année !

La fabrication actuelle des conserves est strictement réglementée et présente des produits de qualité. Chaque boîte doit mentionner en clair une date conseillée de consommation, étant entendu qu’il est difficile pour un produit qui se veut de très longue consommation d’indiquer une date limite de vente.

Généralement un plat préparé avec tomates ou vin blanc par exemple doit être consommé dans l’année qui suit son appertisation, alors qu’un mets riche en corps gras se garde plusieurs années. Ainsi la sardine à l’huile, -insipide les six premiers mois, n’est succulente qu’au bout d’un an et demi. Les conserves anciennes ont encore une date de fabrication en un code incompréhensible pour l consommateur : L140 signifie 27 mai 1972 ou HU63 4 mars 1975.

De nombreux préjugés tenaces nuisent à la bonne réputation des conserves : ils sont tous faux. En effet, on peut très bien ne vivre que de boîtes (des expéditions difficiles et longues l’ont prouvé) . La valeur nutritive des conserves n’est généralement pas moindre, de façon notable, que le produit frais ou surgelé (la vitamine C par exemple, la plus fragile résiste bien à la chaleur à condition de n’être pas exposée à l’air) et les conserves sont aussi digestes que les produits frais (tout dépend de la matière première, et certains aliments, tel le thon, deviennent plus digestes du fait de leur précuisson).

La perte des vitamines est plus importante pour une conserve ménagère que pour une conserve industrielle, cette -dernière ayant été appertisée dans des

autoclaves plus perfectionnés. Certaines conserves peuvent provoquer des modifications du goût : pour nombre de matières premières riches en éléments acides (choucroute, maquereaux au vin blanc, sauces tomates), il est recommandé d’acheter des boîtes vernies dont la couche intérieure plastifiée protège le contenu. Hélas, ce n’est qu’à l’ouverture que l’usager s’en rend compte. C’est pourquoi il faut être assez réservé quant aux promotions, surtout de conserves importées, telles celles de cœurs de palmier ou de sauce tomate.

L’entreposage des conserves se fait en un endroit frais mais pas humide pour éviter la rouille qui peut se déposer sur (ce n’est pas grave) et dans la boîte. Acheter des conserves impeccables (pas de bosses ni, absolument pas, de bombage, signe d’une fermentation nocive).

Les bocaux en verre, plus jolis, sont à éviter : plus onéreux généralement, ils laissent passer la lumière, favorisant ainsi une éventuelle oxydation ternissant le goût. Une boîte doit toujours être  lavée avant son ouverture et le jus gardé : il renferme une partie des vitamines éliminées Pitt la conservation. Enfin, une fois ouverte, la conserve se consomme rapidement, comme un aliment frais.

Plateformes de formations

Zadibridge est un site web très récent et qui contient de nombreux articles divers et variés, ses articles couvrent de nombreux aspects, notamment les sciences, la cuisine et les folklores et les divers cultures lointaines.

Parallèlement, le site Zadibridge offre trois plateformes éducatives, dont deux gratuites. Pour accéder à la plateforme éducative sur YouTube, veuillez cliquer (ici). Cette chaîne contient des produits gratuits, dont la plupart sont des vidéos qui ne donnent pas l’avantage aux enseignants de suivre leurs apprenants. Nous vous proposons également nos documentaires : pour accéder à la chaîne documentaires du site Zadibridge, veuillez cliquer (ici). Et, si vous souhaitez accéder à notre plateforme de formations qui propose différents cours en français, anglais et en arabe merci de cliquer (ici), notre plateforme de formations est une plateforme ciblée, ses produits sont professionnels et leurs prix sont très compétitifs

Des articles similaires:

D'autres Articles:

Un dernier mot

A la fin, nous espérons que cet article vous a aidé à mieux comprendre les nutritions. Pour plus d’articles sur les nutritions ou sur d’autres thèmes, veuillez consulter la page d’accueil.