Quel est l’oiseau le plus primitif?

Quel est l’oiseau le plus primitif?

Quel est l'oiseau le plus primitif?

Il est bien sûr difficile de dire quel est l’oiseau dont l’espèce existe depuis le plus longtemps. Ll en est un cependant qui semble remonter très loin dans l’évolution. Ll a à peu près la taille d’une corneille et viten Amérique du Sud. Son nom : Hoatzin, est une onomatopée de son cri, et lui aurait été donné par les anciens Aztèques. On en a retrouvé des fossiles datant de 40 à 50 millions d’années, soit à peine moins vieux que ceux de l’Archéoptéryx.

C’est surtout chez les jeunes Hoatzins qu’on retrouve des caractères très primitifs: mais la croissance d’un animal depuis le stade embryonnaire est souvent un reflet de l’évolution qui a mené jusqu’à lui,et la présence de caractères primitifs chez les jeunes montre bien qu’il a peu évolué depuis des époques très reculées.

Le fait le plus remarquable chez les jeunes Hoatzins, est que leurs membres antérieurs ne sont pas encore totalement transformés en ailes. Ils portent chacun deux griffes, et les oisillons s’en servent pour progresser et s’accrocher aux branches des arbres. Ils savent également nager et plonger, comme les reptiles dont les oiseaux sont issus, alorsque leurs parents, par contre, évitent l’eau et vont rarement au sol.

D’ailleurs, l’Hoatzin vole mal. Il y a deux raisons à cela. D’abord, le bréchet, l’os sur lequel s’attachent les muscles des ailes, est peu développé. Ensuite, le jabot est énorme et alourdit l’oiseau.

Ce jabot est unique parmi la gent ailée. Alors que tous les oiseaux normalement constitués possèdent une poche spéciale de l’estomac, le gésier qui a pour fonction de broyer les aliments généralement avec l’aide de petits graviers avalés avec la nourriture – c’est lejabot qui remplit cette fonction chez l’Hoatzin. Il mange surtout des feuilles d’Arum qui sont broyées en fine bouillie dans cette poche de l’æsophage : celleci s’est donc développée de façon spectaculaire aux dépens du reste de la cage thoracique, et alourdit considérablement l’oiseau. ce qui ne lui permet d’effectuer que de courts vols de branche à branche.

Cette digestion particulière donne d’ailleurs mauvaise haleine à notre Hoatzin, que les indigènes d’Amérique du Sud appellent maintenant «Catinguero », nom dérivé de «catinga »qui signifie «puanteur ».

Le manque d’aptitude au vol de nos oiseaux nauséabonds a provoqué chez eux une autre particularité: dès qu’ils se posent, its s’écroulent, exténués, sur la branche sur laquelle ils se sont perchés. Aussi leur poitrine porte-t-elle une callosité particulière qu’on ne trouve que chez cette espèce d’oiseau…

Tout cela nous donne une idée des difficultés qu’ont pu rencontrer les reptiles quand ils ont entrepris de se transformer en oiseaux…

Un dernier mot

A la fin, nous espérons que cet article vous a aidé à mieux comprendre le monde des oiseaux et leurs secrets. Pour plus d’articles sur ce volet en particulier, veuillez consulter la page d’accueil

Articles récents